Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus?

Ok
Menu

Melbourne Smart City

13 Février 2019

Melbourne a été fondée en 1835 par des colons de la Terre de Van Diemen, l’actuelle Tasmanie. Depuis, il s’en est passé des choses dans cette ville australienne, dont une fièvre de l’or explosive qui a propulsé cette colonie au rang des plus riches de la Couronne britannique, des flux migratoires continus en provenance notamment de Grèce, de Turquie, de Chine et du Vietnam, etc.

Melbourne est restée un important centre économique et financier, elle accueille aussi 19 % de la population australienne, soit environ 5 millions de personnes, dont un tiers est d’origine étrangère. Le résultat de cette prospérité et de cette diversité ethnique ? Une flopée de restaurants attrayants, des opportunités de carrière à foison, des musées intéressants, des écoles de haut niveau, une offre culturelle très riche et des bâtiments impressionnants.

Impossible de ne pas le remarquer, évidemment. Melbourne est donc restée sept années d’affilée en tête du classement des villes les plus agréables du monde établi par l’Economist Intelligence Unit, une entreprise britannique de premier plan qui analyse la qualité de vie dans plus de 200 pays en termes de loisirs, de tourisme, de sport, d’enseignement, de soins de santé, de recherche et de développement.

Bref, Melbourne fait des étincelles.

Mais comme toutes les mégapoles, Melbourne doit surveiller d’un œil d’aigle l’aménagement urbain, la santé publique et le bien-être général. Et il faut bien l’avouer, la ville ne s’en sort pas si mal à cet égard aussi. Voici quelques initiatives « smart » entreprises par Melbourne :

 
1. Analyse des arbres

À l’heure actuelle, Melbourne compte environ 70 000 arbres qui sont soigneusement répertoriés et étroitement surveillés dans une base de données.

Sous ces latitudes, les arbres ont une fonction décorative, mais aussi rafraîchissante. Ils sont plantés dans des rues où le risque de températures torrides est accru et où la cime des arbres anciens est trop basse. En Océanie, l’élévation de la couverture arborée fait partie des mesures essentielles en vue de s’adapter au réchauffement de la planète et à l’augmentation des températures.

Les arbres sont classés en fonction de leur âge, si bien qu’ils peuvent être remplacés au bon moment, ce qui est indispensable à la bonne santé de l’écosystème. Bien que la durée de vie des individus malades puisse être prolongée par certains traitements, il est conseillé de les abattre dès qu’ils n’apportent plus rien à l’écosystème local.

La diversité est tout aussi importante, car son appauvrissement fragilise l’ensemble des arbres qui deviennent beaucoup plus vulnérables aux ravageurs et aux maladies. Traditionnellement, un grand nombre d’eucalyptus, de platanes et d’ormes sont plantés à Melbourne, mais leurs jours sont comptés : ils seront bientôt remplacés afin de préserver la diversité du patrimoine arboré.
En d’autres termes, une gestion intelligente des arbres permet aux pouvoirs publics de contribuer au bien-être de la communauté et de l’environnement.

 
2. Comptage des piétons

Dans une ville, la marche est importante, car l’activité piétonne constitue un indicateur de la vitalité d’un environnement urbain. Melbourne a dès lors conçu un système automatisé destiné à compter les passants et à mieux comprendre l’activité piétonne sur son territoire. Ces informations servent à analyser les formes que cette activité adopte en fonction du lieu et de l’heure, autant de renseignements qui peuvent ensuite être utilisés dans le processus de décision et d’aménagement urbain.

Les données sont intégrées dans le Pedestrian Counting System, un outil numérique qui fournit les indications suivantes :
  • la localisation des piétons et leur nombre
  • une comparaison avec les 4 ou 52 semaines précédentes, le même jour et à la même heure
  • l’impact de facteurs comme des événements importants ou des conditions météorologiques extrêmes sur l’activité piétonne et une comparaison du flux piéton avec des moyennes à court et à long terme.
Ces données sont en outre téléchargeables pour d’autres analyses et des présentations.

 
3. Gestion des déchets

Melbourne compte environ 2700 poubelles et conteneurs à usage public et commercial.
400 poubelles publiques sont raccordées à l’énergie solaire, car elles sont équipées de capteurs qui signalent aux services de ramassage qu’elles sont pleines. Un système de presse permet de compacter les déchets qui y sont jetés afin d’optimiser leur capacité. Partant, les éboueurs doivent passer moins souvent, ce qui réduit à son tour les émissions de CO2 et les embouteillages dans la ville. 

Melbourne a également installé 500 poubelles destinées spécialement aux mégots de cigarette, qui sont avec les chewing-gums les principaux pollueurs dans les rues du monde entier. Vous jetez malgré tout votre cigarette par terre ? Attendez-vous à une amende !

Comme vous le voyez, Melbourne prend des mesures proactives pour que la vie y soit la plus agréable possible. Pour en savoir plus sur les activités Smart City de Melbourne, cliquez sur les liens ci-dessous.

 
Retour aux news

Le futur smart de Bruxelles, j’y participe !

La ville intelligente est une ville tournée vers ses habitants, ses entreprises… Et leurs idées !

Je participe

Powered by creaxial